Ordo : l’exposition d’Ana H. del Amo

« ORDO ou l’ordre bousculé »

par ANA H. DEL AMO

Il peut paraître paradoxal d’exposer les œuvres d’Ana H. del Amo dans un cloître de Chartreux, ordre religieux parmi les plus stricts et ô combien discipliné, où le silence est une règle inamovible, laissant peu de place à la spontanéité.

Certes, cette artiste vivant à Caceres en Extremadura propose une certaine idée de la rigueur, mais la sienne est dictée par l’asymétrie, par une approximation ludique. En effet, la démarche d’Ana s’assimile au jeu, dans son aspect primaire et originel, car elle tente grâce aux couleurs, aux traits et aux volumes (gestes de liberté et de passion) de considérer le dispositif scénographique comme une aire poétique de jeu.

Son intérêt pour les formes géométriques est présent depuis le début de sa carrière. Il ne s’agit pourtant pas d’une géométrie analytique mais intuitive, où le trait prend vie par la couleur, car s’il y a bien un élément toujours présent dans les œuvres d’Ana, c’est bien la couleur.

L’artiste, dans cette première exposition en Suisse, propose une série d’œuvres qui se déclinent en interprétations bidimensionnelles (reproductions de dessins géométriques suspendus entre les arches gothiques) et tridimensionnelles (objets-sculptures posés aux quatre points cardinaux du cloître).

Ses pièces au sol et au mur sont conçues à mi-chemin entre la sculpture et l’assemblage. L’utilisation de bois et d’objets du quotidien qu’elle recycle lui permet de démontrer que l’intuition peut démultiplier les champs des possibles. L’artiste prône d’ailleurs une démarche au sein de laquelle les idées doivent circuler librement afin d’explorer toutes les variations des compositions.

La liberté créative d’Ana définit un nouvel ordre qui fait écho, tout en le bousculant, à l’ordre spirituel des Chartreux et à l’ordre architectural du cloître de La Lance. Ses œuvres ont pour raison d’être de créer des fractures chez le spectateur, mais également de délimiter un espace propice à la contemplation.

Mais ne vous y trompez pas : à travers leur observation, les œuvres d’Ana H. del Amo délimitent une nouvelle règle spatiale dont l’imperfection est la clef de voûte. Ana propose des œuvres simples, sobres et faussement symétriques qui explorent différentes possibilités de créations.

Et c’est justement l’irrégularité même de ces formes qui nous les rendent proches et attachantes.

Monasterio : le nouvel pop-up restaurant
Suivre IDP sur Instagram